Songes des Jours d’Hiver

En tout cas, essayons d’aimer pour un certain temps, pour un an ou plus, toi et moi. C’est une forme de divine ébriété que nous devrions tous essayer.

F.Scott Fitzgerald, Un diamant gros comme le Ritz

 

Layla Jean Kerley, skieuse et muse, nous livre quelques dessins de son imaginaire, celui de l’hiver, quand l’âme est conifère et porte ses cônes avec la vigueur d’un calme persistant.

 

Articles associés


Le vertige du sublime