L’expérience de Xinaliq

Antoine JAG

Une semaine après le nouvel an 2015, j’ai pris un vol d’Istanbul à Bakou, Azerbaïdjan, afin de rejoindre l’équipe de tournage d’un long-métrage en tant qu’assistance décoration. Cela représentait un voyage assez bref, deux mois tout au plus, et je devais m’extirper d’Istanbul en un temps record. Je ne savais pas à quoi m’attendre ; peut-être des images d’une ère post-soviétiques, de culture turque mêlée d’islam avec une touche européenne ? Temples zoroastriens et le feu qui ne s’éteint jamais… Le pétrole et l’énorme fossé – même des murs sont apparus – entre riches et pauvres. Des voitures élégantes sur des routes boueuses… J’ai été impressionné par l’étrange atmosphère qui régnait dans ce pays neuf, né juste après l’effondrement de l’Union Soviétique, mais qui cherchait encore à s’affirmer et à être sur le devant de la scène. Ainsi, je devais rejoindre un projet répondant à cette volonté. En plus de travailler avec un réalisateur respecté et une équipe organisée et couronnée de succès, j’ai pris plaisir à observer la culture locale, le climat venteux et les couleurs de la topographie partout où j’allais.

Antoine JAG

C’est à ce moment que l’on m’a attribué la tâche de rejoindre le village isolé de Xinaliq dans la région de Quba. Ma mission consistait à repérer une maison traditionnelle en pierre afin que l’équipe puisse venir tourner des plans extérieurs huit jours plus tard. Pendant ce temps, sur le plateau, la décoration aurait pour tâche de reconstituer le logis afin de tourner les scènes intérieures. Armé de ces maigres instructions, je me suis préparé aux rudes conditions hivernales et suis parti avec l’un des chauffeurs. Il y avait beaucoup de route et le temps était compté alors nous avons roulés d’une traite pour rejoindre un hôtel quasiment vide dans les montagnes. Ces images et les réminiscences de cette aventure sont cachées dans l’isolement et le passé historique de ce village ; les scènes fascinantes de la route, les impressionnantes vallées figées dans le calme et le froid, et une parenthèse temporelle où je me suis sentie observatrice d’un monde onirique.

Lire Montagne de feu

Articles associés


Montagnes de feu