Promenades holistiques

Aux confluences du Danube et de la Save, avec un petit écart sur les bords de l’Adriatique, quelques rêveries sur pellicule argentique de la part de Jag.

Pourquoi argentique et pas numérique ? Parce que je n’aime pas beaucoup les carrés, même s’ils sont si petits qu’on ne les voit pas. Qui aime être transformé en petits carrés ?

Je préfère les atomes d’argent qui se libèrent du réseau cristallin pour former une image plutôt que la numérisation qui vous transforme en pixels.

D’un côté l’emprisonnement, de l’autre la libération, il n’y a pas photo.

Articles associés


Le tombeau de Brion


Ô mon Dôtar !