Gratitude attitude

Michael « Bird » Shaffer est un crow des origines les plus profondes, squatteur de canapés à Chamonix dès les années 90. Il a skié l’Envers du Plan à la pleine lune avec Marco Siffredi, profité de plus de journées en grosse neige qu’il n’a changé de sous vêtements, et vécu une vie de skibum bien remplie, au cœur de la montagne comme dans les fêtes les plus débridées. Régulièrement, il se casse une partie du corps, mais bon c’est comme ça. Bird nous écrit du plus fort de l’été depuis son coin de paradis, là où il a grandi dans une communauté au fin fond de l’état de Washington.

« Comment est-on vraiment en vie, chaque jour
À travers les activités que nous pratiquons
À travers les rôles que nous jouons »

Finalement, je me sens simplement reconnaissant, un de ces moments où un sentiment de gratitude te touche au plus profond.
Je ne suis plus en train de vouloir ce qui aurait pu être, ou de me reprocher de ne pas avoir mieux écouté.

Photographe : Jason Hummel

Il se trouve que j’ai eu une petite mésaventure il y a quelques mois, je me suis explosé les deux genoux en atterrissant avec mes skis sur de l’herbe, et tous mes projets d’été sont passés à la trappe. La chirurgie et la guérison sont passés en priorité.

Alors que le soleil se lève sur la colline, les oiseaux chantent joyeusement, et j’ai cette sensation d’être présent et juste à ma place. Une nouvelle fois, je suis rappelé avec humilité à la beauté des choses les plus simples.

Quelle chance d’ouvrir sa porte et de voir l’énergie du monde entrer à flots. De pouvoir sortir chaque jour, là où la nature rejoint le porche, et me demander comment mes parents et leurs amis ont su trouver cet endroit pour s’installer.

Ce n’est pas parce que je ne peux pas m’exprimer par un vol en speedflying en cette journée parfaite, ou aller faire du VTT avec des amis, que cela signifie que je ne vis pas la vie de la meilleure façon qui soit.

Et, d’ailleurs, faut-il absolument se faire du mal ou aller vite pour apprécier la vie ? Est-ce que je me rendrais compte à quel point c’est bon si je n’étais pas dû m’arrêter de temps en temps ? La vie n’est pas un long fleuve tranquille, c’est parfois un torrent qui sinue et demande des arrêts sur ses rives, pour reprendre son souffle.

Le coq chante, et c’est l’heure du petit-déjeuner. Je sors clopin clopant ramasser les œufs des poules de mes sœurs, certains diraient que c’est un moment de vie qui vaut la peine d’être vécu.

Photographe : Jason Hummel

#keepwildallyearlong

Mantra

Trouver la joie dans les mouvements les plus simples, au milieu de la beauté du monde.

Articles associés