Jouvence

Par la magie d’un jour d’été, dans une clairière enchanteresse, je croisais la félicité.

Tout naturellement, sans même prendre le temps de débrancher ma caméra embarquée, et comme si l’origine du monde se trouvait au bout du chemin, je vins me blottir contre elle.

Sans fard, elle me regarda droit dans les yeux et me dit :

Où s’en vont-ils, de ce galop insensé ?
Troquant leurs skis pour des bicyclettes,
Courant à travers la montagne,
Jamais rassasiés,
Le regard rivé sur l’écran de contrôle de leur vie sociale,
Tandis que l’œil cyclopéen de leur caméra embarquée
Capte toutes les nuances de leur courage
Avant d’en extraire le surplus de vacuité
Et servir aux yeux du monde un reflet modifié.

Jag
Félicité : Natalia

Pris au dépourvu, je bredouillais qu’il fallait vivre son rêve et qu’il fallait bien, ensuite, le partager, car sinon, qui saurait que nous l’avons vécu ?

Tout en prononçant ces mots, je me sentis emporté vers le monde des rêves et de l’inconscient. Je me retrouvais au sommet d’une montagne avec de magnifiques pentes à descendre jusque dans des vallées fertiles. Irrésistiblement attiré par ces vergers luxuriants où je distinguais des nymphes gambadant à travers des champs printaniers et où des faunes jouaient des timbres d’amour sur de délicats instruments, je m’élançais joyeusement vers ce paradis terrestre.

Mais soudain, mes pieds furent pris dans une sorte de glu. J’avais beau me lancer vers la pente, j’étais continuellement arrêté dans ma course pour revenir au sommet. Un homme portant binocles et fumant cigare se pencha alors vers moi et me dit dans un accent germanique : “pensée turgescente ! La montagne, la glu, l’éternel retour, il n’y a pas photo, c’est un corrélatif sexuel votre quête.”

Grand dieu, pensais-je, si la figure tutélaire de la psychanalyse estime que l’appel de la montagne n’est qu’un dérivatif de pulsions sexuelles infantiles, c’est un monde qui vacille. Cahin-caha, ce cheminement intellectuel m’entraîna vers une révélation des plus sordides. Imaginons que cette supercherie éclate au grand jour, nous n’aurions alors plus besoin de partir en quête de sensations à travers la montagne. Mais surtout, étant donné l’explosion narcissique des vidéos mises en ligne, nous n’aurions d’autre choix que de nous farcir une luxuriance d’images intimistes des exploits de chacun…

Jag
Félicité : Natalia

Articles associés


Le tombeau de Brion


Ô mon Dôtar !