La Sentinelle IV
Hôtel le Buet

Bruno Compagnet revient sur la quatrième édition de la Sentinelle, initialement prévue entre l’Italie et la France sur le mont Viso, et finalement déplacée in extremis dans le massif des Aiguilles Rouges à la frontière franco-suisse. Soit l’art de changer de trace pour garder le cap. Un quatrième acte qui sentait bon la neige de printemps, le chaud soleil, la complicité dans l’effort, le partage et, bien sûr, le bon vin, la charcuterie et le chocolat suisse.

Layla Jean Kerley

Viso sans issu.

On vient de passer Turin. Les péages, le trafic intense et la conduite sportive des Italiens ne sont pas les seules raisons au malaise qui me gagne au fil des kilomètres. La pyramide du Viso qui se dresse dans le lointain de cette fin de journée crépusculaire nous paraît d’une terrible noirceur. La fin du voyage nous laisse dubitatif quant au lieu retenu pour la prochaine édition de la Sentinelle. Fidèle à la charte de l’événement, nous choisissons des lieux décalés et résolument à l’écart du tourisme hivernal de masse. Les vallées occitanes situées aux pieds de ce géant des alpes du sud correspondent complètement à cela.
L’accueil chaleureux et la bonne humeur de Roberta adoucissent une soirée emplie de questions. Ce que nous pouvons voir des pentes situées en face du refuge Pian de la Regina ne nous permettra pas de partir skis aux pieds.

Ville Niiranen

Agir et rebondir.

Nous avons marché un petit moment avec les skis sur le sac et le moral en berne pour atteindre le front de neige. La neige, ravagée par le vent, est truffée de cailloux. Même les plus motivés se poseraient des questions. Layla ne s’en pose plus et me dit : « On annule »
Je reste sans voix. La Sentinelle, c’est un peu mon événement et il est supporté par une belle équipe de quasi bénévoles et par les marques. Rebondir à 3 jours de l’événement pour déplacer une cinquantaine de personnes, trouver le site avec l’enneigement, le logement… Mais la Sentinelle, c’est avant tout une communauté, presque une famille et, après quelques coups de fil, il semblerait qu’une solution de replis se dessine.

Layla Jean Kerley

L’homme providentiel.

François-Régis Thevenet est guide, cristallier et tient un très bon bistrot dans la rue des moulins à Chamonix. Il est accessoirement le papa de quatre magnifiques gamins et très bon skieur de pente raide. L’organisation de son emploi du temps reste pour moi un mystère opaque. Quand je l’appelle, je suis au fond du gouffre. Deux heures plus tard, il me rappelle avec une élégante solution de repli. Sur ce coup-là, on peut dire qu’il a sauvé l’événement.

Federico Ravassard

La face cachée de Chamonix.

Vallorcine, dernier village de la vallée de Chamonix avant la frontière Suisse, allait nous offrir un plan B qui, par bien des aspects, allait dépasser nos attentes. Cette fois encore, nous fûmes accueillis à bras ouverts par les deux sœurs qui tiennent cette institution familiale bien connue des randonneurs. Leur gentillesse n’a d’égale que leur gouaille et malheur à celui qui ne respectera pas le lieu où ses occupants. Il se fera vertement remettre à ça place. Les participants qui découvraient le coin furent agréablement surpris par le calme et l’authenticité de ce village.

Layla Jean Kerley

Un repérage 4 étoiles.

Comme toujours, François-Régis avait vu les choses en grand et, à sa table comme dans ses projets en montagne, il faut avoir le ventre pour le suivre. Avec Ross et Laurent, il nous propose une belle traversée des Aiguilles Rouge, balcon le plus sauvage de la vallée de Chamonix. Partir du Buet passer par le Barrage d’Emosson et finir en Suisse à Finhaut, puis retour en train. Le repérage fut une partie de plaisir avec du beau temps et de la belle neige… François n’ayant pas oublié de prendre dans son sac un magnum de blanc pour accompagner charcuteries et fromages…

Federico Ravassard

Retrouvailles et rencontres.

On y est ! L’événement commence et la tension et les efforts des derniers jours s’évaporent devant des visages souriants, des poignées de mains, des bises et des accolades. On échange. On a tant de choses à se dire après un an…

Layla Jean Kerley

L’énergie du groupe.

Comme d’habitude, on est parti un peu vite, plein de fougue et d’enthousiasme… Et je regarde s’étirer cette colonne hétéroclite d’hommes et de femmes de nationalités et d’horizons différents… J’écoute les histoires que l’on se raconte durant le parcours ou à table le soir et, bien sûr, j’y prends part. J’aime cette ambiance et l’énergie que dégagent les échanges autour de la passion. Et si nous abordons des sujets plus graves comme le réchauffement climatique et ses conséquences sur notre pratique, le ton reste positif car chacun de nous essaye, à son humble niveau, de faire quelque chose.
La journée fut longue est très intense physiquement pour la plupart d’entre nous… Mais c’est aussi, et surtout, ce qui fait l’intérêt de cet événement. L’intensité du parcours nous fait basculer dans l’exceptionnel ou, tout du moins, dans ce genre de journée qui marque un hiver.

Ville Niiranen

Une vibration dans la nuit.

Il y a une chose dont je voulais parler depuis longtemps. Quand je donne le départ de la Sentinelle en soufflant dans un gros coquillage, je m’inspire évidemment de la Barkley Race, cette horrible course d’endurance et d’orientation qui se déroule dans le Tennessee. Ce coquillage, je l’ai trouvé sur une plage du Yucatan au Mexique. J’ai ensuite voyagé avec durant des semaines pour remonter au nord du pays. Je l’ai poncé pour pouvoir souffler dedans et en tirer un son, une vibration qui nous vient de la nuit des temps. Je l’ai fait résonner lors d’un voyage physique et astral au pays des Hiuchols, ces indiens qui consomment le peyotl et sont capables de parcourir des distances phénoménales. C’est un rite qui fait partie de leur religion et probablement une des expériences les plus fortes et les plus profonde que j’ai vécu. C’était il y a presque 30 ans. Depuis, je ne crois plus au hasard. J’ai appris que l’eau, le vent, la neige et la pluie sont autant de portes par lesquelles tu peux trouver ton chemin…

Chamonix France

Articles associés


La Sentinelle, le voyage intérieur.


Sous le soleil polaire