GEXticulations au Petit Muveran

Amateurs de pentes, les frères Vivian et Kevin Gex, accompagnés d’Alex Chabot et de Florian ‘Peanuts’ Bruchez sont allés réserver leur ligne du côté du Petit Muveran dans les Alpes bernoises. Une jolie première dans un coin magnifique avec un degré de difficulté abordable, le tout prophétisé par hélico et avec un perfo* dans le sac pour le rappel. Quand on vous dit que la pente c’est l’homme livré à lui-même en pleine nature.

*Désolé Messieurs les Anglais : unfair game but limestone oblige.

Début février, je regarde mon téléphone en sortant du boulot : 14 messages de mon frère, 14 images. Je les ouvre. Au premier coup d’œil, elles me semblent identiques. Ce sont des vues d’hélicoptère d’un couloir en face Nord du petit Muveran en Suisse.
Je reçois un message : « t’es chaud ? » « Quoi je suis chaud ? » « Ben go faire ce couloir ? » « Ok, go, ça a l’air beau ».

Les images avaient été prises par un ami, le fameux pilote Peanuts Florian Bruchez, quelques heures auparavant. Le rendez-vous est pris pour le 10 février. Mais c’était sans compter sur les 50 cm de neige qui allaient tomber les jours suivants accompagnés de forts vents en altitude. Partie remise.

Le samedi 24, rebelote, Florian, Chab, Kevin et moi sommes en route sur cet itinéraire repéré en hélico deux semaines plus tôt. Après avoir pris des informations auprès de quelques guides, il n’aurait jamais été parcouru.

Après avoir repoussé la tentative suite au risque élevé d’avalanches ces derniers temps, nous sommes partis pour aller voir et équiper la ligne. On part donc dans l’inconnu, juste avec quelques photos prises d’en face. On ne sait pas vraiment si ça va passer, mais on y va, perfo (perforateur pour poser des spits pour le rappel. Sachant que cette face en calcaire n’ayant semble-t-il jamais été descendu, cet abominable trou dans la roche n’est pas un luxe, NDLR) et quelques spits dans le sac.

Nous profitons des installations d’Ovronnaz pour monter le plus haut possible, ce qui nous laisse seulement 700 m de dénivelé positif pour arriver au sommet de notre descente. Certes, la logistique était plus compliquée, mais nous étions peu enclins à remonter plus de 1 000 m à l’aveuglette, skis sur le sac.

Après une petite pause dépeautage à l’abri des vents violents sur les crêtes ce jour-là, c’est parti pour le couloir. Nous avons quelques appréhensions concernant certains passages. On ne sait pas vraiment si ça va passer, mais on est équipé en cas de repli. Dans le premier tiers, le couloir se raidit vraiment et offre une vue plongeante et cachée de la suite de la descente. Ce couloir est magnifique une fois encastré entre ces énormes falaises. Une partie très raide, où il ne vaut mieux pas tomber, débouche sur une cascade de glace. Ni une, ni deux, je me crée une petite plateforme dans la neige et commence à sonder le rocher alentour pour installer un rappel. Dans ces massifs calcaires, il est parfois difficile de trouver du bon rocher solide

Peu après, le relais est posé. Nous sommes au pied de la cascade de glace quelques instants plus tard. Cordes pliées, nous attaquons la deuxième partie du couloir qui s’élargit d’abord pour se resserrer et ne laisser que peu d’échappatoires. Nous passons un moment à trouver un endroit où passer. Finalement, une vire sur la gauche amène à de larges couloirs surplombants d’énormes barres rocheuses. Il nous faudra encore une heure, crampons et skis sur le sac, à naviguer de gauche à droite pour trouver la fine écharpe qui nous permettra de nous sortir de ce cirque rocheux piégeur. Finalement, une petite vire que nous n’avions pas vue, nous mènera sur le plat du vallon de Nant. La ligne est bel et bien skiable. Un soulagement. Il est difficile de trouver de nouvelles lignes qui soient skiables dans pratiquement leur entier sans devoir effectuer de traverses qui selon moi casseraient leur esthétique.

Nous arrivons à la voiture, le sourire avec la bière fraîche nous attend dans le coffre.
Merci encore à Peanuts pour le repérage en hélico, à Alex Chabod qui est toujours partant pour une belle journée à ski et à Lidl pour proposer des perfos pas chers qui font le job !

 

Articles associés


Un piolet dans la poche


Du plat pays au Pic Lénine


Lovely Caroline