Mosetti – La face sombre du ski

Une histoire d’amour, de mort et de ski par le crow Enrico « Moses » Mosetti depuis les Alpes Juliennes, une chaîne de montagnes mystique à la frontière nord-est de l’Italie.

La meilleure neige se trouve dans les coins ombragés des montagnes, et plus particulièrement dans les Alpes juliennes, où les plus hauts sommets ne dépassent pas 3000 m, et où l’ombre est un objectif à atteindre et avec lequel il faut vivre tout l’hiver.

« Heureusement, la plupart des meilleures lignes, les plus raides dans ce coin des Alpes, sont orientées vers le nord, souvent des couloirs profonds. »

Valbruna – ou Valsaisera – littéralement « vallée sombre et ombragée » est le vivier des couloirs les plus populaires du côté italien des Alpes Juliennes. C’est une courte vallée barrée par les grandes parois nord du Jof di Montasio (2754m, deuxième plus haut sommet des Alpes Juliennes) et le cirque du Jof Fuart (2666m, cinquième plus haut sommet).

Chaque saison, je fais mon pèlerinage personnel dans la vallée en skiant un par un les couloirs classiques, et chaque fois mes yeux et mon esprit se tournent vers les quelques lignes que je n’ai skiées que quelques fois, ou même une seule fois, en rêvant de les skier à nouveau dans la poudreuse profonde.

Gorge nord-ouest du Jof Fuart

Jusqu’à la saison dernière, une seule des multiples lignes de la vallée n’avait pas encore été skiée par moi-même, et par personne d’ailleurs depuis 1995. Il s’agit de la gorge nord-ouest de Jof Fuart, une ligne escaladée pour la première fois en 1911 et skiée pour la première fois en 1987 par un guide local, Mario Di Gallo.

C’est une sorte de couloir profond qui se trouve sur le versant nord-ouest de la montagne, son côté le plus sauvage, d’environ 1000 mètres de long avec une falaise de 100 mètres à son pied. En été, c’est une voie d’escalade de degré III/IV, peu fréquentée en raison de son éloignement et de la qualité classique de la roche des Alpes juliennes.

« Mauro Rumez, un pionnier du ski raide dans les Alpes orientales, a répété la ligne une fois, en 1995. Puis plus rien. »

Je connaissais cette ligne depuis de nombreuses années, mais je n’ai jamais eu l’occasion de l’essayer et je n’ai jamais été vraiment intéressé, principalement à cause des grandes falaises au fond. De plus, cette gorge est toujours partiellement cachée par d’autres sommets et il y a peu d’endroits pour vérifier correctement son état.
Et bien sûr, il faut un hiver spécial juste pour penser à y skier.

La saison dernière, l’hiver spécial est enfin arrivé dans les Alpes juliennes. J’ai commencé à penser à toutes les lignes qui me manquaient encore et la gorge nord-ouest était en haut de ma liste. Au début du mois de mars, en guidant des clients sur quelques tours peu populaires, j’ai finalement eu la chance de bien vérifier la ligne. Même si j’étais assez loin, elle semblait parfaitement remplie et pas trop affectée par le vent.

« Une nouvelle tempête s’annonçait, il fallait juste que je sois un peu plus patient pour la skier dans la neige profonde. »

J’ai décidé d’attaquer le 14 mars. Pas de possibilité de monter directement, donc l’approche se fait par le versant sud du Jof Fuart. Une rando classique, assez longue pour les premiers 1200 mètres, et encore 400 mètres sur un terrain plus technique et exposé. La ligne commence par une descente dans une arche rocheuse naturelle, une sorte de portail vers le côté obscur. Dix mètres de rappel sur un stoppeur, puis le vrai ski peut commencer.

Le couloir n’est jamais trop raide, les premiers skieurs disaient 50°-55°, je crois bien qu’il ne monte jamais à 55° mais peut-être que j’ai eu des conditions vraiment parfaites. La neige molle et pas trop profonde a rendu le ski rapide et amusant, jusqu’à la falaise finale. C’est là que les problèmes ont commencé.
Je pensais trouver de la mauvaise glace pour faire un rappel, donc j’avais apporté avec moi une seule broche à glace, et avec un peu de chance quelques bonnes fissures pour placer quelques pitons, donc j’en avais apporté quatre. La réalité était que la glace était merdique, et le rocher encore pire.

J’ai réussi à faire un double abalakov sur de la mauvaise glace pour faire un rappel juste au bord de la falaise de 100 mètres. Là, j’ai placé ma seule broche et j’ai descendu en rappel 55 mètres dans le vide, en espérant trouver du bon rocher plus bas. Sur une petite corniche, j’ai trouvé de la neige dure et pas de roche du tout, et plus de vis à glace. J’ai tiré ma corde kevlar 6mm et le système d’escaper vers le bas et j’ai creusé une sorte de pic dans la neige, un champignon de glace. Encore 50 mètres de rappel sur une roche surplombante, et j’étais en sécurité sur un terrain facile, même si je devais skier encore 800 mètres jusqu’au fond de la vallée.

« J’ai perdu environ 40 minutes à essayer de faire descendre ma corde, mais l’escaper a décidé de ne pas fonctionner. J’ai réalisé qu’il était tard pour descendre et j’ai appelé chez moi pour dire que j’allais bien, puisqu’il n’y avait pas de signal depuis le sommet de la ligne jusqu’au parking. »

En août, je suis revenu et j’ai retrouvé ma corde en kevlar et l’escaper.

Face nord de Grande Nabois

La face nord de Grande Nabois se trouve au milieu de la vallée, parfaitement visible du village de Valbruna et même de l’autoroute. Il s’agit d’un pic de 1400 mètres de haut, raide de haut en bas.
Il a été skié pour la première fois en 1986 par Mauro Rumez et Claudio Gardossi dans un demi-mètre de poudreuse profonde après une chute de neige impromptue. C’est une ligne assez classique des Alpes Juliennes, pas un couloir mais une grande face ouverte et extrêmement exposée.

En 2016, j’y ai skié avec mon ami Zeno et nous avons pris le couloir de gauche comme sortie de la face, faisant juste un rappel de 25 mètres. Chaque fois que je guide dans la vallée, je rêve de faire quelques virages dans la face supérieure à nouveau, où il y a une falaise de 1000 mètres sous les skis. Cette section me rappelle la partie supérieure du Mallory sur l’Aiguille du Midi, c’est juste un peu plus raide et il n’y a pas de remontée pour s’y rendre. En plus, en été, c’est une dalle calcaire vraiment pourrie.

Les étoiles se sont alignées une fois de plus et mon rêve de poudreuse sur la face supérieure s’est produit le 14 avril, cette fois avec Dade. Sur la partie inférieure, nous avons pris une sortie différente de ma descente précédente et avons trouvé un moyen de skier tout le long de la descente, sans rappel, juste une ligne de rêve de 1400m.

« Je pensais que ma saison de ski de pente dans les Alpes juliennes était terminée, que je serai quelques jours à Livigno et qu’ensuite il serait trop tard pour rider sur les faibles altitudes de mes montagnes natales. Mais j’avais tort. »

La gorge nord-est de Jof Fuart

La gorge nord-est du Jof Fuart est la « pas si petite » sœur de la gorge nord-ouest. C’est également un couloir complexe et profond de 800 mètres. Ces dernières saisons, il est devenu de plus en plus populaire avec une série de descentes chaque année. Ce n’est pas un classique, mais une ligne raide et exposée de premier ordre que peu de gens peuvent encore inscrire dans leur curriculum.

Après ma première approche du ski de pente raide à l’âge de dix-sept ans dans le couloir Huda Paliza (800m, 50°/40°), les gorges du nord-est étaient en haut de ma liste. J’y ai skié pour la première fois à vingt ans, et encore quelques autres fois, avec des amis ou en solo, pour m’entraîner et pour la qualité et l’esthétique de la ligne.

Il n’y a jamais de soleil, la neige reste molle et froide même au printemps. L’année dernière, beaucoup de gens l’ont skié, pour les standards des Alpes Juliennes, et à la mi-avril elle était encore belle et bien garnie.

J’ai reçu le message sur le chat du secours alpin alors que je testais des skis pour le magazine Skialper à Livigno. Je savais que trois de mes bons amis skiaient dans les gorges ce jour-là, ils m’avaient appelé la veille pour me demander quelles étaient les conditions, et je leur avais fait part de mes doutes sur le fait d’y aller et sur les ancrages pour le rappel au milieu du couloir.

« Le message disait : “Avalanche dans la gorge nord-est, deux skieurs emportés, un indemne”. Je savais trop bien ce que cela signifiait. »

Un de mes meilleurs amis a survécu simplement parce qu’il s’est arrêté quelques mètres plus loin sur la gauche et que la plaque ne l’a pas attrapé pour l’entraîner dans une descente de 500 mètres et plusieurs falaises comme les deux autres. Cela s’est passé au-dessus du rappel, au milieu de la gorge. Il ne portait pas la corde, donc il ne pouvait pas descendre et sa seule option était d’appeler les secours et d’attendre. Il a dû laisser ses skis et ses bâtons dans le couloir, tous deux des cadeaux de Bruno Compagnet. C’était lors de sa première visite dans les Alpes Juliennes : je vivais dans un appartement de 30 mètres carrés que je partageais avec Andrea, et quand Bruno est parti, il lui a donné ses bâtons, et à la fin de la saison, il lui a aussi laissé ses skis, une paire de navis freebird « spéciaux ».

Quand je suis revenu de Livigno, quelques jours plus tard, les températures étaient encore basses. Je savais que dès qu’il ferait plus chaud, les avalanches enfouiraient les skis et les bâtons d’Andrea dans le couloir. C’était peut-être stupide et beaucoup trop risqué, mais j’avais le sentiment que je devais aller chercher les skis pour mon ami. Je voulais aussi comprendre ce qui s’était passé et voir la scène de mes propres yeux. Je peux facilement dire que c’est la descente la plus difficile de ma vie, et pas seulement à cause du poids supplémentaire sur mon sac à dos. Pendant toute la descente, des fantômes et les pensées les plus sombres m’ont accompagné.

« Les avalanches ont commencé quand je suis sorti du couloir final. »

Cela en valait-il la peine ? Je ne sais pas. Peut-être pas. Mais je me souviens du sourire sur le visage d’Andrea et du bonheur dans ses yeux quand je lui ai donné les skis et les bâtons, et pour moi c’était plus que suffisant.

À la mémoire de Carlo et Federico.

Articles associés


À la pêche en Alaska


Cavalcade estivale à la péruvienne