Meijette pas la pierre !

Benjamin Ribeyre, sa compagne Erin Smart et Cyril Dupeyré sont partis voguer du côté de l’arête de la Meijette qui surplombe le glacier du Tabuchet. Un itinéraire qui a tout du trésor caché sur les flancs de la Meije. L’oeil de Ribeyre a encore frappé pour révéler cette ligne improbable !

Je m’excuse d’emblée pour le mauvais jeu de mot. Promis, je ne recommencerai pas ! L’histoire de cette ligne – qu’il s’agisse ou non d’une ouverture – fut de nouveau le fruit d’une simple observation.

Nous étions partis, Erin et moi, diner chez un ami au hameau des Hières. De chez nous au hameau, la route suit une courbe de niveau et laisse dérouler tout le paysage du Glacier du Râteau au Glacier du Tabuchet. Tandis que nous roulions, je laissais nonchalamment trainer mon regard sur ces paysages que je pense connaître par cœur…
« Arrête-toi s’il te plait. » La voiture ralentit et je plisse les yeux pour activer mon zoom œil de lynx ! Je n’avais jamais remarqué ce trait de neige partant juste sous le sommet de l’arête de la Meijette. Un bon barbecue, de belles discussions sur de futurs projets et nous repartons à la maison. Le lendemain, je retourne observer depuis la route avec un appareil photo et une paire de jumelles. Devant l’ordinateur j’agrandis les photos. Je lance Google Earth, les images aériennes de l’IGN. Conclusion : ça doit passer !

Le déroulé des faits :

Un peu de portage (environ une heure), un glacier du Tabuchet bien gelé (couteaux obligatoire), un début de descente très étroit mais en très bonne neige, un petit rappel pour sortir (il ne manque pas beaucoup de neige pour que ça passe) et une grande descente sur le Tabuchet en neige de printemps excellente. Puis un bon apéro pour conclure cette belle journée !
On ne sait pas si c’est une ouverture mais le principal est de trouver des lignes que l’on découvre sans potasser des livres. Du feeling, un peu de technique et beaucoup de bonne humeur !

Articles associés


Coen Bennie-Faull : l’hiver perpétuel


Lardy express


CBF par TGR