Crème de jour

Autrefois dans les villages, quand la moisson était trop abondante et l’avenir trop radieux, certains villageois se laissaient gagner par la frivolité. Toute cette profusion les mettait dans un état de joie intense qui s’engouffrait dans leurs âmes tel un trésor enfoui depuis l’enfance. Ils allaient ainsi danser sur les moissons dans une joyeuse et juvénile insouciance. Et bien que cela soit mal vu par les anciens, comme de chanter l’allégresse au milieu du gué sans craindre que la saison ne se rétracte sous tant d’applaudissements prématurés, toute cette vie bouillonnante se devait de trouver son exutoire… au risque de la voir s’exprimer dans d’autres réalités immorales.

Articles associés


Coen Bennie-Faull : l’hiver perpétuel


Lardy express


CBF par TGR