Comment utiliser un casse-noix et autres remarques.

L’été dernier, la crow Norvégienne Lene s’est envolée pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande en compagnie de l’infâme crow Chris Booth pour skier la partie antérieure du globe terrestre. Chris nous explique comment utiliser un casse-noix, soit le mécanisme de remontée utilisé par la communauté des clubs de ski en Nouvelle-Zélande.

1- Il faudra tout d’abord louer votre casse-noix au guichet de votre “Clubby”, soit le club de ski local. La personne en charge du guichet s’appellera probablement Bryan ou Keith. Semi-retraités, Bryan ou Keith consacrent leur week-end au ski club en échange d’un forfait saisonnier. Quant au casse-noix, c’est un machin en métal doté d’une articulation qui, une fois attaché à votre baudrier, vous permet de vous accrocher au câble de la remontée mécanique dudit Clubby.

Chris Booth

2- Il est fortement recommandé d’acheter un couvre gant afin de ne pas déchirer le vôtre au moment où vous venez mordre le câble. Cela ressemble à un gant de cuisson, coûte environ 8 tunes et vous donne un air très Clubby.

3- Attachez le casse-noix à votre baudrier en utilisant une sangle de montagne ou, pour une approche plus Clubby, avec un petit bout de corde. Comptez environ 20 cm de longueur pour vous donner assez d’amplitude. Mais on arrivera à cette explication dans un moment.

4- Mettez votre couvre gant sur la main la plus proche du câble.

Chris Booth

5- Maintenant que vous êtes à proximité du câble, vous allez constater deux choses ; la première est qu’il file sacrément vite ; la seconde est la manière dont il franchit un certain nombre de galets menaçants, prêts à vous broyer les doigts.

6- Le secret d’une bonne conduite avec le casse-noix est de bien l’accrocher. Gardez ça en tête et prenez le temps de bien le placer, si ce n’est pas le cas, laissez le câble filer et revenez à la zone d’embarquement. Keith ou Bill, l’ami de Bryan, voleront alors sans doute à votre aide.

7- Avec votre casse-noix en position dans votre main extérieure, placez-vous à proximité du câble et laissez-le délicatement courir à travers votre main sur-gantée.

8- Pressez progressivement sur le câble et laissez-vous entraîner. Ne le saisissez pas d’un seul coup au risque de vous démettre une épaule. Tranquille. Tranquille.

Chris Booth

9- Une fois que vous avez atteint la vitesse de traction du câble, vous êtes au moment critique : le jeté de casse-noix.

10- Avec votre casse-noix dans la main extérieure, venez le placer sous la main qui tient le câble pour le pincer.

11- Maintenant que votre casse-noix est venu pincer la corde, ouvrez votre main extérieure pour que la pince prenne le relais dynamique.

12- Il ne faut pas maintenir le casse-noix en place, mais plutôt venir serrer votre bras afin qu’il fasse effet de levier pour le maintenir en position fermée.

13- Maintenant, laissez filer la corde avec votre main intérieure, celle sur-gantée et transférez votre poids sur le baudrier.

Chris Booth

14- Ne baissez pas encore la garde. Maintenant il faut vous préparer à affronter les galets. Attendez-vous à frôler ces jolies roues, mais ne paniquez pas, tant que vous position est bonne, vous n’avez rien à craindre. Assurez-vous qu’aucun élément ne pendouille vers le câble. Que votre casse-noix est bien accroché et que votre main intérieure le tient par son extrémité.

15- Quand le galet approche, restez dans les traces et laissez un espace suffisant afin de le franchir en toute sérénité. Respirez tranquillement et relaxez-vous tandis que le casse-noix vient rouler sur le galet. Ne skiez pas loin du galet sinon vous risquez de faire sauter le câble et de déstabiliser tout le mécanisme.

16- Arrivé à un signal lumineux, reprenez le câble avec votre main sur-gantée et, en transférant le poids sur cette main, ouvrez le casse-noix.

17- Pour un style Clubby du meilleur effet, vous pouvez skier avec votre casse-noix. Il viendra alors mordre votre baudrier. Mais si vous skiez avec un sac à dos, il est sans doute judicieux de simplement le ranger.

 

Articles associés


Wyoming for ever