Casse gueule : l’art et la manière de tomber

Maxence Gallot s’interroge sur l’impact psychologique des vols planés et de la manière de s’en relever. Comme dit l’adage, l’important ce n’est pas la chute, mais l’atterrissage. Boum.

“C’est en tombant qu’on apprend” me répétait sans cesse mon entraîneur de ski quand j’étais gamin. Cette phrase résonnait dans ma tête. Me venait alors tout un tas de questions à l’esprit. Et qui d’autre allait bien pouvoir répondre à celles-ci, puisque doucement je questionnais déjà̀ le chemin de vie qui allait me mener jusqu’ici.

Maxence Gallot

Parfois, la nuit me torturait. Qui n’a jamais fait ce rêve de tomber dans le vide ? De ne jamais voir le bout de sa chute ? M’efforçant de croire que l’important était surtout la manière dont j’allais atterrir, je me réveillais à chaque fois en sursaut avant de toucher le sol. Transpirant et perturbé, l’angoisse se dissipait à mesure que je retrouvais mon souffle avant de me rendormir. Aujourd’hui, je continue de penser que tomber n’est pas un échec, mais bien le point de départ de tout ce qui pousse au progrès et à l’évolution.

Maxence Gallot

La chute, ce mouvement vertical d’un corps se rapprochant du centre de la terre sous l’effet de la pesanteur, nous met tous face à̀ une vérité́ implacable : personne n’est invincible. Si la personne qui dévale une pente met trop de temps à̀ analyser le terrain et détecter la difficulté́, elle s’expose forcement à quelques pirouettes imprévues (tout le monde tombe un jour ou l’autre, peu importe son nombre d’abonnés.) Certaines s’en sortent mieux que d’autres, mais la montagne n’a pas de préférence pour le skieur professionnel, le guide ou le vacancier. Même chose pour le rivage, l’océan nous mangera tous à un moment donné pour nous recracher vulgairement sur le sable et nous enduire d’effroi. Quant au bitume, il a souvent, très souvent, raison de nous, que l’on débute le skateboard ou qu’on le pratique depuis 20 ans. Evidemment, il est question d’humilité́ car “qui trop s’estime, tombe souvent en bas de la cime”. Mais tomber n’est pas une fin en soi. C’est le meilleur moyen d’apprendre à̀ nous protéger et découvrir de nouveaux horizons, parfois inexplorés.

Maxence Gallot

Rêver d’ailleurs, atteindre un sommet, faire la première trace, ouvrir un couloir, vouloir s’envoler, décoller du sol, ramer jusqu’au large, s’insérer dans le mouvement de l’onde et se cacher dans le tube… Aller à la rencontre du vide et de l’insolite juste pour le plaisir, c’est aussi ça la vie. Seules les expériences nous font avancer. Le processus d’apprentissage englobe la chute sur son parcours. Il faut vivre l’instant présent et apprendre à̀ rebondir au sens propre comme au figuré. Changer de direction ou recommencer, s’ouvrir à̀ de nouvelles expériences.

Maxence Gallot

La chute est riche d’enseignements. Elle nous fait grandir. Il n’y a qu’à̀ observer les heures de tournage nécessaires pour réaliser un segment vidéo de 5 minutes. Les conditions météo paramètrent la chance et la tache de l’acrobate. Et quand enfin se présente l’occasion de bien faire… c’est souvent une journée entière de chute, d’échec et de frustration avant obtenir l’image tant recherchée. La chute nous pend tous au nez, mais l’obstination fait bien les choses et récompense les audacieux.

Maxence Gallot

Quand on est gamin et qu’on s’élance sur notre premier vélo à roulettes, nos parents sont morts de trouille pour notre équilibre en construction. Quand on vieillit, on a peur de la chute, car on pourrait peut-être ne pas s’en relever. Notre vécu nous renvoie les signes du danger. C’est finalement toute sa vie et à tout niveau de pratique que l’on entretient ce sentiment. Seuls les fous inconscients n’ont peur de rien.

Maxence Gallot

La plupart du temps, tomber fait partie intégrante du processus et magnétise la mémoire de souvenirs à raconter. On a peut-être là un début de réponse à la passion qui nous anime et nous consume à petit feu. Peut-être que si j’allais au bout de mes rêves, la fin ne serait pas si tragique que ça ? La flamme qui entoure cette quête du plaisir s’appelle l’engagement. Il nous unit, nous fait vibrer toute une vie et tandis que beaucoup trouveront ces passions insensées, on leur dira tant pis pour vous et on continuera de se ramasser et de sourire…. pour l’amour de la chute.

Maxence Gallot

Articles associés


Loser : Un voyage nostalgique


Jim Norm Jack – L’aigle