L’anima par l’animal

C’est sur des anima, le modèle qu’il utilise depuis leur apparition en 2015 que Kristofer Turdell a remporté le dernier Championnat du Monde de Freeride (FWT). Destiné au freestyle backcountry, ce ski au cambre classique et pourvu d’un double rocker semblait moins destiné aux neiges changeantes du FWT qu’aux grosses sessions dans la profonde. L’histoire l’a néanmoins propulsé au sommet de la polyvalence, explications avec le principal intéressé.

Est que te rappelles des sensations ressenties la première fois que tu as skié l’anima ?

Kristofer : Une belle paire, un long vert d’un mètre quatre vingt quatorze. J’ai aimé ses spatules caractéristiques et la sensation d’avoir sous les pieds un vrai ski de freeride tout terrain.

Marcus Olsson / Red Bull Content Pool

Quelles sont les qualités de ce ski et en quoi correspondent-elles à ta manière de skier ?

Kristofer : Ce que je recherche, c’est de pourvoir skier harmonieusement et avec un bon flot dans différentes conditions.Le anima est un ski à la fois stable et joueur. Je me sens en sécurité à grande vitesse et il est facile à manoeuvrer dans les passages étroits. Et puis c’est du costaud. À chaque fois, je suis surpris de retrouver me skis intacts après avoir heurté des pierres pendant la journée. Et puis son style, cela fait plusieurs saisons que c’est le plus beau ski du marché.

C’est double rocker qui est destiné au freestyle backcountry, pourquoi ne skies-tu pas un corvus, plus typé freeride ?

Kristofer : Le cambre du anima le rend plus puissant et permets de bien skier sur de la neige dure, tandis que son double rocker favorise son côté joueur et sa flottabilité dans la neige molle. J’aime avoir un ski qui possède ces deux qualités.

Kristofer Turdell

Est-ce que cela influence ton ski en compétition ?

Kristofer : Oui, ou plutôt c’est un ski qui correspond à mon style de ski. Je veux pouvoir envoyer une grande courbe à grande vitesse, avoir de la flottaison et de la précision dans les passages techniques, mais aussi de la stabilité pour les figures et un patin suffisamment large pour les réceptions.

Avant tu le skiais en 194, maintenant en 188, pourquoi ce changement ?

Kristofer : Je mesure 1m76 et pèse 70 kilos et je trouve que le 188 est suffisant pour sauter des barres et rester calme à haute vitesse. Et comparé au 194, c’est plus facile pour négocier les passages techniques.

Marcus Olsson / Red Bull Content Pool

Par rapport aux autres compétiteurs, est-ce que la plupart d’entres eux utilisent également des double rockers ?

Kristofer : Je pense qu’ils utilisent tous des double rockers ou au moins un rocker avant avec un relevé de talon précoce. Après cela dépend de ton style de ski. Si tu aimes les grandes courbes, c’est mieux d’avoir un cambre plus ferme et si tu préfères les plus petites courbes et freiner pour jouer avec le relief, alors il vaut mieux choisir un double rocker.

Marcus Olsson / Red Bull Content Pool

Articles associés


Une saison au portable