Marte au pays du long nuage blanc

La crow norvégienne Marte Tveten et son compagnon ont goûté au fruit de l’hémisphère néo-zélandais et, au milieu des moutons et de leur pâture, à travers les immenses massifs, ça n’a pas manqué, ils ont été emporté par une vague de splendeurs océaniques.

L’hiver est toujours là, quelque part sur le globe. Quelque part le crépitement des températures à la négative, les flocons de neige dans les airs et les skieurs arpentant les montagnes. Cela me fascine et c’est pourquoi j’ai décidé de quitter l’été norvégien pour l’hiver de l’hémisphère sud.

Le 14 août, Adam Björk – mon compagnon suédois – et moi quittons Oslo pour Christchurch avec pour deux semaines devant nous. Et en arrivant par avion, nous avons tout de suite compris que ce ne serait jamais assez – cette île, c’est comme un énorme gâteau géant ! Une fois arrivées, on a loué une voiture pour pas grand chose et parcouru l’île le plus possible. On a commencé par des trucs touristiques et, notamment, le jour de notre arrivée, le lac Tekapo, une magnifique étendue d’eau de 83 kilomètres carrés entourée de montagnes… et de moutons. En trois heures de route pour rejoindre le lac, on a dû croiser plus d’un millier de moutons. Incroyable. Ils étaient là à brouter, tranquilles, en attendant de se faire tondre pour les cols-écharpes Mons Royale que portent la plupart des skieurs kiwis.

Après le lac Tekapo, nous nous sommes arrêtés au lac Pukaki. A l’extrémité nord de ce lac se trouve la plus haute montagne de Nouvelle-Zélande, le Mont Cook. Nous avons continué pour rejoindre quasiment le pied de la montagne. C’est incroyable cette facilité d’accès vers des montagnes si majestueuses ! Un sentier de 5 km nous a ensuite amené jusqu’au Glacier Hooker.

Après deux jours de tourisme, j’étais surexcitée à l’idée d’aller skier ! Être si près de ces montagnes et ne pas chausser m’obsédait. Prochain arrêt : Wanaka ! Et plus précisémment Treble Cone, un adorable domaine peuplé d’amoureux de la montagne et aussi le paradis du freeride à Wanaka. Une petite station avec plein de lignes et d’innombrables possibilités. Quant à la la vue du sommet, elle est juste incroyable.

Une heure de route au sud de Wanaka se trouve Queenstown, un super endroit pour mélanger vie urbaine et ski. Et on a aussi pu faire coincider notre aventure avec les qualifiers du Freeride World Tour qui se disputait à The Remarkables. Le relief des compétitions était génial, une grande cuvette avec de quoi lâcher les chevaux. Et comme l’événement 2* se déroulait le lundi, et le 4* le samedi (le plus d’étoiles, le plus de points. NDLR), on a eu quelques belles journées pour explorer la station.

Chacun des deux sites de compétitions étaient vraiment cool avec de bonnes conditions de neige. Je suis heureuse d’avoir terminé mes deux runs et d’arriver à la 4ème place sur la première course et cinquième sur la seconde. De bonne augure pour ma prochaine saison dans les Alpes !

Après ces journées ensoleillées à skier cette neige magnifique, on a terminé le voyage en suivant la côte ouest. Et hop, ces deux semaines sont passées tellement vite. Un voyage génial. La date de l’an prochain est prise.

Articles associés


Coen Bennie-Faull : l’hiver perpétuel


Lardy express


CBF par TGR